Les pères espagnols pourront bientôt bénéficier, tout comme les mères espagnoles, de 16 semaines de congés, soit 112 jours indemnisés à 100 %, après la naissance, l’adoption ou l’accueil d’un enfant. L’Espagne devient ainsi un des rares pays européens, à appliquer une stricte parité sur ce sujet.

Voté à l’unanimité le 26 juin 2018 par la chambre basse du parlement espagnol, le congé paternité devient égal au congé maternité. A l’origine de cette proposition de loi, se trouve Pablo Iglesias, le leader de Podemos : « Le mérite de cette proposition de loi ne doit pas nous revenir, il doit revenir aux associations et aux femmes qui luttent depuis des années contre la discrimination des femmes au travail.»

En effet, l’égalité salariale n’étant pas encore à son apogée, en règle générale, les hommes gagnent plus que les femmes. Ils sont donc moins enclins à arrêter de travailler.
Cette nouvelle loi encourage ainsi les pères à prendre plus facilement des congés à la naissance ou l’adoption de leur enfant, puisque ceux-ci seront entièrement financés.

Lire aussi : Voyage au pays de l’amour : les sept principes essentiels de la cohésion sociale

Qui sont les plus chanceux en Europe ?

hand-man-person-black-and-white-white-photography-660086-pxhere.comCertainement pas la France. 11 jours seulement sont accordés aux hommes, contre 16 semaines aux femmes. S’ils désirent en bénéficier davantage, ils doivent demander un congé parental indemnisé moins de 400 €/ mois. La perte financière étant conséquente, celui-ci n’attire que très peu de monde.

L’Islande est le pays le plus égalitaire. 3 mois complets sont proposés aux pères et aux mères, sans distinction. Ils sont rémunérés à 80 % pour tout salaire en dessous de 1260 euros par mois et 75 % pour les salaires supérieurs. Le plafond atteint les 1 890 euros mensuels. 88.5 % des pères prennent en moyenne 101 jours de congé et 100 % des mères prennent un congé de 181 jours.

La palme de la générosité revient aux Suédois. En plus de la parité hommes et femmes, le congé parental peut atteindre 480 jours, soit un peu moins de 16 mois. Un record ! Sur cette période, 13 mois sont indemnisés à hauteur de 80 % de l’ancien revenu. 60 jours minimum doivent être pris par le père, sinon ceux-ci sont perdus. En moyenne, 90 % des pères utilisent 80 jours.

A quand une harmonisation totale ?

Lire aussi :

Rohân Houssein, l’apprenti médecin devenu « tireur d’art-d’élite » pacifiste
Connaissez-vous cette civilisation où les femmes ont le pouvoir ?
S’aimer pour se sublimer N°4 : montre-moi comment tu t’habilles, je te dirai qui tu es !
Aide sociale cancer : quand la maladie amène à la solidarité