Alors que depuis le 4 juin, les autorités saoudiennes commencent à délivrer les premiers permis de conduire aux femmes, plusieurs militants, dont Loujain Al-Hatloul, ont été arrêtés mardi 15 mai, quelques semaines avant que le royaume n’autorise ses ressortissantes à conduire. Une manière de faire « rouler les droits des femmes au pas » ?

Le 24 juin 2018 doit devenir un jour historique pour les saoudiennes. Elles pourront, enfin, dans le cadre d’un programme de réformes sociétales inspiré par le prince héritier Mohammed ben Salmane, avoir le droit de conduire, comme l’ensemble des citoyennes dans le Monde. Une réelle avancée pour ce pays musulman ultraconservateur… Pourtant, cette autorisation « klaxonne » comme un écran de fumée noire.

Stoppées avant même de pouvoir rouler

En mai dernier, 17 personnes militant pour le droit de conduire et la fin du système de tutelle masculine ont été arrêtées pour avoir « porté atteinte » à la sécurité du royaume. Elles ont même été qualifiées de « traîtres » par des médias progouvernementaux. Alors que huit d’entre elles ont été « temporairement libérées » en attendant la fin d’une enquête, les autres sont retenues en prison et n’ont pas accès à des avocats.

Lire aussi : « Louve Musulmane » : l’histoire bouleversante et militante d’Amale El Atrassi

Parmi elles, Loujain Al-Hatloul, figure emblématique de la lutte contre l’interdiction faite aux femmes de conduire . En novembre 2014, alors âgée de 25 ans, elle avait filmé sa tentative de franchir la frontière au volant de sa voiture, entre les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite. Résultat, confiscation de passeport et 73 jours de détention ! Sa vidéo, postée sur YouTube, avait alors fait le tour du monde. Elle avait obtenu le soutien de milliers d’internautes.

Coup de pression pour freiner les actions

Ces arrestations viennent « polluer » les réformes du prince, qui ont aussi permis la réouverture de salles de cinéma et l’organisation de concert. Yahya Assiri, défenseur des droits de l’Homme en Arabie saoudite, dénonce les pratiques du pays : « Le gouvernement a fini par céder sur le droit de conduire pour les femmes. À cause de ce premier succès, le gouvernement veut stopper toutes les campagnes pour les droits des femmes et d’autres droits de l’Homme. Il ne veut pas que ce succès encourage d’autres luttes. En frappant fort, il veut couper court à toute autre action. » D’ailleurs, les Saoudiennes sont encore confrontées à de nombreuses restrictions. Par exemple, pour voyager ou encore pour étudier, elles doivent obtenir la permission d’un homme de leur famille. L’émancipation de ces femmes est loin d’être gagnée…

Lire aussi :

S’aimer pour se sublimer : « montre-moi comment tu t’habilles, je te dirai qui tu es ! »
A Rolland Garros, Serena Williams joue la super-héroïne dans une combinaison noire chargée de symboles
« Ils ont vendu mon frère »: le livre choc sur l’esclavage et l’immigration
Journée mondiale : la diversité culturelle à l’honneur !
« Noire n’est pas leur métier ! » : une montée des marches le point levé pour plus de diversité !
Au festival de Cannes, les femmes ont pris le pouvoir !

Et si on s’inspirait d’un « sage » pour s’élever ?
« Pourquoi j’ai lancé le club des imposteur-e-s ? »
Harcèlement sexuel, les langues se délient…
Keeping Fight, une marque de sportswear combative et solidaire !