« Noire n’est pas leur métier ! » : une montée des marches le point levé pour plus de diversité !

Plus qu’un slogan, une dénonciation. Celui du racisme latent dans le cinéma français. C’est aussi le titre d’un ouvrage coup de poing (Editions du Seuil) paru début mai, co-écrit à l’initiative d’Aissa Maïga, et de 15 autres comédiennes noires et métisses.

Hier, sur la Croisette, tout comme samedi lors de la montée des marches des 82 femmes qui défendaient l’égalité salariale entre hommes et femmes, les actrices se sont unies pour dire, non, ensemble, à cette non-diversité !

A la fois Engagé et drôle, le manifeste dénonce les clichés, les plaisanteries douteuses mais aussi les réflexions sexistes ou racistes… Les témoignages personnels de l’ex Miss France Sonia Rolland, des comédiennes Firmine Richard, Karidja Touré et des autres ont ici pour but d’abattre les préjugés sur la figure de la femme noire dans le cinéma, le théâtre et la télévision.

noire pas mon métier bis

« Pas assez claire », pour tel rôle, « pas assez africaine » même aux yeux d’un réalisateur afro descendant, ou bien « trop foncée » pour une Miss France…
Sonia Rolland

« Érotiser ainsi mon corps, n’est-ce pas un moyen de me réduire à un objet silencieux, de l’anesthésier et d’abîmer ainsi mon outil de travail, de voler ma candeur ? Quand cessera ce subterfuge intolérable ? »
Maïmouna Gueye

« La plupart des rôles de mamans africaines qui m’ont été donné d’interpréter sont du même type, à croire que la femme noire ne porte que des boubous et des sandales et ne parle pas correctement français »
Marie-Philomène NGA

A Cannes, elles s’insurgent : « Nous voulons parler au cinéma français, mais aussi à la jeunesse, aux élites, aux instituteurs qui nous ont ratées… Dire à la République que nous sommes là. Ce n’est pas un combat de noirs, c’est un combat français et collectif », s’écrie, Aïssa Maïga, qui a achevé l’ouvrage en un mois afin de pouvoir le promouvoir sur la Croisette. « C’est le premier Festival de Cannes qui brasse autant de beaux symboles », enchérit Sonia Rolland.
Et c’est en chanson, avec fierté et bonne humeur, qu’elles ont clôturées leur montée en dansant sur le tube de Rihanna « Diamonds ».

Lire aussi :

S’aimer pour se sublimer : « montre-moi comment tu t’habilles, je te dirai qui tu es ! »
Et si la première cinéaste de l’histoire était une femme ?
Au festival de Cannes, les femmes ont pris le pouvoir !

« Louve Musulmane » : l’histoire bouleversante et militante d’Amale El Atrassi
Et si on s’inspirait d’un « sage » pour s’élever ?
« Pourquoi j’ai lancé le club des imposteur-e-s ? »
Loi européenne contre le gaspillage alimentaire : l’appel d’Arash Derambarsh à Emmanuel Macron
Harcèlement sexuel, les langues se délient…
Keeping Fight, une marque de sportswear combative et solidaire !
Un guide du plaisir « Halal » invite les musulmanes à s’épanouir sexuellement